Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Verification: ceadf927d1811e27

  • Les clefs du succès en 3 minutes.

    Pin it!

    On a pas deux fois l'occasion de faire bonne impression. Lors d'un entretien d'embauche, les 3 premières minutes sont primordiales. Pas de blabla inutile en guise d'échauffement, il va falloir être dynamique mais pas précipité, réfléchi mais pas lent, concis sans trop abréger. Un véritable paradoxe pour les uns, un gage de compétence pour les autres. keljob.com vous donne la méthodologie à suivre. La lecture de cet article vous prendra 3 minutes. Alors,  à vos marques...

    a7a9eac7e5012bad382a8e81fb508dfd.jpgBien sûr, il faut soigner son look. Évidemment, il faut avoir l’air avenant. Mais face à un recruteur, un candidat doit également savoir parler de lui. Trop souvent, celui-ci se contente de répondre aux questions par « Oui » ou par « Non ». Mettez votre timidité de côté et saisissez la perche que le recruteur vous tend pour prendre la parole.

    Top chrono ! Le compte à rebours est lancé… Un poil nerveux, vous entrez dans le bureau de Jean Ploih, puissant DRH de la société de métallurgie de vos rêves. Passée la première poignée de main, brisez la glace en lui expliquant brièvement ce qui vous amène face à lui. Pour Nicolas Thébault, fondateur de la société de conseil en carrière Tébopro, « il est très important de resituer d’entrée le contexte de l’entretien, surtout si celui-ci a été décroché sur les conseils de quelqu’un d’autre. Cela permet de vérifier la fiabilité de la référence ». Pour rafraîchir la mémoire de votre interlocuteur, pas besoin d’en faire trop. Une ou deux phrases suffisent : « Merci de m’accueillir sur les conseils d’un tel », « Merci d’avoir répondu à ma candidature spontanée », etc. Le recruteur doit savoir à qui il a affaire.

    Il vous reste 2 minutes 35 secondes. Le moment est venu de présenter la bête de professionnalisme qui sommeille en vous. Attention, faire son « pitch » ne consiste pas à résumer le CV que le DRH a sous les yeux. « Le candidat doit expliquer de façon très pratique ce à quoi il peut être utile au sein de l’entreprise », rappelle Nicolas Thébault, avant d’ajouter : « On est davantage dans le ‘Voilà ce que je peux vous apporter’ que dans le ‘Voilà ce que je sais faire’ ». Pour être efficace, basez vos arguments sur une ou deux réalisations, rigoureusement sélectionnées en fonction du poste convoité. N’hésitez pas à utiliser des chiffres-clés pour renforcer vos propos. Exemple : « Je suis directeur commercial et spécialiste de la distribution d’acier. J’ai développé mon expertise dans 3 PME de la région parisienne. Je m’appuie sur des résultats concrets : chaque année je suis parvenu à faire progresser le chiffre d’affaires de mes employeurs de 15 à 25 % ».

    Plus que 1 minute 26 secondes. À ce stade, vous êtes parvenu à susciter la curiosité de votre interlocuteur. Idéalement, la pertinence de vos exemples lui a donné envie d’en savoir plus sur vos méthodes de travail. « OK, le chiffre d’affaires a augmenté de 25 %, mais pourquoi et comment ? » À vous de vous distinguer de la concurrence en évoquant un outil original ou une méthode particulièrement adaptée à votre activité : mise en place d’une nouvelle politique tarifaire, renforcement de la rémunération à la prime chez les commerciaux… Pour avoir du grain à moudre, tâchez donc de ne pas tout dévoiler dès le début de l’entretien.

    Les 20 dernières secondes. À la fin de cet exercice de rapidité, gardez quelques secondes pour distiller une information à caractère plus privé mais qui en dit long sur votre personnalité. Vous pratiquez le rugby à haut niveau ? Ne le cachez pas, les valeurs de ce sport sont souvent appréciées en entreprise… « En entretien, la difficulté est d’établir un lien avec le recruteur. Lui parler d’une passion peut contribuer à ce qu’il se rappelle de vous », estime le fondateur de Tébopro. Si vous n’êtes pas un dieu du stade, vous pouvez toujours évoquer une passion commune ou parler du dernier livre écrit par le DRH qui se trouve en face de vous (à condition de l’avoir lu !). 3 minutes c’est court mais c’est bien suffisant pour montrer que vous êtes un professionnel compétent, méthodique et bien élevé.       

    Benjamin Métral-©-keljob.com