Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Verification: ceadf927d1811e27

  • Réussir sans diplôme : est-ce possible ?

    Pin it!

    Aujourd'hui, deux patrons sur trois sont des autodidactes. On les trouve dans le commerce, l'hôtellerie-restauration, l'industrie et plus récemment dans l'Internet. Cancres à l'école, ils ont réussi à gravir les échelons à la seule force de leur volonté et de leur motivation.

    medium_0007195.JPGDes exemples à suivre par tous les allergiques aux études ou les exclus du système éducatif.

    Des qualités d'abord.

    Même s'il est clairement démontré qu'il vaut mieux poursuivre ses études ou suivre une formation pour avoir des chances d'échapper au chômage, il existe des profils atypiques dont la réussite fait rêver et qui pourtant sont des "sans diplôme". Leur secret ? Ils détiennent des qualités spécifiques. Ils sont volontiers plus curieux, pragmatiques, iconoclastes, opiniâtres, intuitifs, moins dans l'à-priori, et plus entreprenants. Mais aux dires de certains, ils doivent aussi apporter continuellement la preuve de leur efficacité...

    Qui sont-ils ?

     Entrés jeunes dans l'entreprise, ils ont commencé généralement au bas de l'échelle et appris sur le tas. Doués pour le contact et la vente, ils deviennent des commerciaux hors pairs. As du clavier, il n'est pas rare de les retrouver dans des sociétés d'informatique. Certains se lancent et réussissent dans les "affaires". Ils ont créé ou repris des entreprises et bâti des empires. A l'image de l'autodidacte Jean-Claude Bourrelier qui en 1975, à 29 ans, créé son premier magasin de bricolage. Il est aujourd'hui à la tête d'un groupe de plus de 600 millions d'euros de chiffre d'affaires, connu sous l'enseigne Bricorama.

    Quels débouchés ?

    Sur le marché du travail, à compétences égales, le diplômé reste une valeur sûre face à l'autodidacte. Mais à l'heure du "savoir-être" et de la ténacité, les profils atypiques ont tout à gagner à frapper aux portes de certaines entreprises, surtout celles qui se positionnent sur les filières comme la vente, la restauration, l'hôtellerie et la distribution. La création d'entreprise peut également être un bon tremplin pour les autodidactes, en particulier aujourd'hui avec la loi Dutreil qui facilite les démarches pour se lancer. Sans oublier, la VAE (validation des acquis de l'expérience), véritable ascenseur promotionnel pour tous ceux qui ont appris sur le tas.  

     

     Pour en savoir plus :

     Les liens :

     A quoi bon passer son Bac ?
    Un dossier du journal L'Entreprise  qui passe en revue les atouts et les complexes des autodidactes, et les débouchés professionnels possibles pour ces "vilains petits canards" L'article date de 2002, mais est toujours d'actualité...

    Les livres :

    Que faire sans le bac ?
    P. Tréguer
    Ed. L'Etudiant (Rubrique Les Guides - Bac), 2005
    10,90 euros
    Ce livre vous propose des solutions pour trouver un emploi sans le bac et liste 50 métiers accessibles sans le précieux sésame.

      VAE - Les clés d'un dossier
    T. Berthet du Prat-Mirail
    Ed. d'Organisation, 2004
    160 pages, 15 euros
    Si vous tenez à transformer votre expérience en diplôme, ce guide vous aidera à analyser vos acquis et vos compétences avant de rédiger votre CV ou de faire une demande de formation diplômante.